Je n'ai pas eu (ou pas pris?) le temps de blogger ces derniers temps: mon dernier post date du temps où j'étais encore jeune et insouciante... Pas de post parce qu'il a fallu que j'encaisse mon 1/4 de siècle, et puis probablement que les quelques jours de balnéo dans les Landes m'ont ramolli... (d'ailleurs, personne ne prévient les gens qui s'en vont buller dans les thalasso ou balnéo, mais ça fatigue vraiment!).

En tout cas, j'ai plein de choses à dire, tellement, que du coup je ne sais pas par quoi commencer!
Déjà, j'ai commencé plein de livres pendant les divers trajets en voiture que je n'ai pas fini (on est aussi allés crapahuter dans le Gers). j'ai commencé des nouvelles de Borges par exemple (l'Aleph) que j'ai abandonné à mi parcours parce que pfffff... J'essayerai de le reprendre plus au calme, mais ce n'est pas un recueil à lire en voiture!

J'ai aussi commencé la BD sur l'islamisme de Pétillon (le dessinateur du Canard Enchaîné auteur d'une autre BD, L'Enquête Corse, qui avait deffrayé la chronique il y a quelques années). J'aurai bien voulu la finir, mais je me suis décidée trop tard à l'attaquer, juste avant que la maman d'Arnaud ne parte (c'était sa BD). Donc, si quelqu'un dispose de L'Affaire du voile et qu'il veut bien me le prêter, je suis toute ouïe... Sinon j'irai l'acheter!

J'ai aussi attaqué un Houlledebecq: je l'ai acheté pour changer car son protagoniste est un informaticien...
Je vous en dirai plus quand j'aurai terminé ce récit, et surtout si ma position vis à vis de l'auteur a changé.

Il y a aussi le guide du National Geographic sur Prague dans lequel je me suis plongé (en vue d'un petit séjour),
mais heureusement j'ai quand même fini par terminer un bouquin (ouf!), et pas un des moindre... un manga! MON PREMIER!
C'est un billet du blog culinaire d'Esterelle qui m'a donné envie d'essayer, histoire de dire que j'ai au moins lu un vrai manga dans ma vie et de clouer le bec à mon n'amoureux et à un copain japonophile qui me reprochent de ne pas être open!

Il s'agit de l'histoire d'un homme qu'on suit dans tout le Japon sans trop rien savoir de lui. On sait juste qu'il est importateur indépendant dans le textile. Il est renfermé et ne se lie à personne durant ses déplacements, ne dîne jamais avec un client par exemple! Il a pourtant toujours faim et n'est pas du genre à se contenter d'un snack. C'est là toute la raison d'être de l'ouvrage: 18 chapitres où ce personnage erre à la recherche de quelquepart où manger, et ce à toutes heures... Il nous fait ainsi partager ses repas, nous faisant découvrir du même coup la gastronomie japonaise. Pas que que des bentos ou des sushis, mas surtout plein de choses vraiment exotiques comme des anguilles grillées ou des haricots noirs sucrés en gelée...
N'y connaissant rien, j'ai appris plein de choses (le récit est ponctué de notes explicatives), et peut-être ce récit a t-il fini de me convaincre de goûter enfin au poisson cru... Une descente prochaine au Japan ou au Japoyaki est donc prévue. Si certains réfractaires veulent eux aussi sauter le pas avec moi, qu'ils me fassent signe pour qu'on se rencarde!
Un livre que je conseille à ceux qui veulent apprendre des trucs sur la cuisine japonaise mais pas pour l'histoire elle-même. Les chapitres se succédent en se ressemblant et ça a fini par me lasser un peu...