C'est com' si...
je vous racontais ma vie et que vous aimiez ça!

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 27 avril 2006

Grande nouvelle

Avec l'arrivée des beaux jours, la terrasse du dancing La Roseraie est à nouveau ouverte!
On peut donc danser aussi à l'extérieur, sous les tilleuls. J'adore ça, surtout que le revêtement de la terrasse glisse bien! Et puis ça évite de rester dans le décor kitsh de l'intérieur
Que ceux qui sont partants pour aller danser (rock, swing, salsa, cha-cha, bachata, tango, valse, ...) le mercredi soir avec moi me fasse signe!

Dancing La Roseraie - Place de la Roseraie - 31500 Toulouse
21h30 - 2h le mercredi, ouvert également les jeudis, vendredis, samedis soir et le dimanche après-midi - horaires à vérifier)
entrée : 7 €

mardi 25 avril 2006

A la rencontre du Porc Noir de Bigorre...

Ce samedi a été l'occasion d'une petite escapade en Pays de Bigorre pour rencontrer des membres du Convivium Slow Food local. Nous y avons également retrouvé des représentants de la Fondation pour la Biodiversité de Slow Food International (venus d'Italie) rencontrés la veille autour d'une table toulousaine.
La rencontre était placée autour du Porc Noir de Bigorre, produit reconnu dans l'Arche du Goût de Slow Food. J'avais déjà goûté ce produit mais j'étais ravie d'en apprendre plus sur ce cochon noir...

Nous avons été accueillis trés chaleureusement à Arné avec une dégustation de produits locaux: ventrèche de Porc Noir, oeufs de poules noires de Bigorre, et du Barrousse.


Le Barrousse est un fromage de vache produit dans la Vallée d'Arran. Nous avons eu la chance de déguster une version très jeune et au contraire trés affiné (je crois avoir entendu 27 mois d'affinage!).

Autre produit local, les poules noires de Bigorre ont comme principale caractéristique de produire des oeufs dont la coquille est blanche.

Aprés une réunion rapide mais efficace (c'est peut-être une caractéristique des "Slow Food People", on prend le temps de prendre du bon temps pour ensuite être plus productif?!), nous avons été visiter un élevage de porcs noirs.


Dans un pays assez fermé aux échanges, la race de porc noir a été préservé de tout métissage avec les porcs blancs (ou roses?) d'origine anglaise. La production est malheureusement restée trés confidentielle et a failli disparaître. En 1980, on ne comptait plus que quelques spécimens en Bigorre... Depuis, des efforts ont été faits pour préserver et valoriser cette production. Celle-ci ne peut cependant que rester confidentielle en raison de son coût: un porc noir doit engraisser entre 12 et 14 mois pour 7 mois pour le porc blanc.
Ces porcs sont élevés en plein air, avec une densité tout à fait respectable (25 porcs à l'hectare).
J'ai été frappée par le comportement de ces animaux qui sont trés posés et calmes. Cela est évidemment dû à leur qualité de vie, mais la race étant proche de cochons dits "sauvages", cela m'a beaucoup surpris.
Nous avons pu les approcher de trés près sans qu'ils ne soient ni effrayés ni aggressifs.

Je rajoute quand même ces 2 photos que j'aime bien (bien que floue pour la première, ça correspond à l'atmosphère poussièreuse de leur abri et puis surtout je trouve marrante la tête de celui qui est allongé au fond!)...

La productrice nous a même confié que l'on pouvait sans problème approcher les bébés, sans craindre les foudres de la mère.
Inutile de préciser que ce type d'élevage est à mille lieues de ce que j'ai pu connaître en Bretagne...

Nous avons aussi pu constater l'impact de ce type de petites productions (à la base essentiellement vivrières) sur l'environnement: petites parcelles clôturées par des haies.

Enfin, nous nous sommes rendus chez un couple d'exploitants pour y goûter leur excellent jambon avant de repartir vers Toulouse...

Pour les Toulousains qui veulent goûter ce produit, je sais qu'on en trouve à la coupe et en libre service au Lafayette Gourmet.

jeudi 20 avril 2006

C'est terrible; je vieillis...

Je ne sais pas pour vous, mais quand j'étais petite, les "grands" me rendaient folle à toujours s'extasier devant le temps qui passe et la croissance rapide des enfants (moi ou d'autres). Leurs phrases du genre "ce qu'elle a grandit!" et les "qu'est ce que ça passe vite" me faisait vraiment croire que les grands avaient des problèmes avec les repères temporels. "Ca passe normalement" répondais-je dans ma tête...

Et bien ça y est... à mon grand desespoir, je suis passée de l'autre coté de la barrière... Je suis une vieille!
Quelques jours passés sur la Méditerranée pour rejoindre ma cousine, son mari et son petit garçon (de 10 ans 1/2 quand même!) pendant leurs vacances m'ont terriblement vieillis:

  • le bébé que je gardais quand j'avais 15 ans a vraiment beaucoup grandit
  • il m'a parlé de trucs que je connaissais même pas (heureusement pas encore pour la musique! OUF)
  • ma cousine m'a raconté des histoires qui datent de l'époque où j'habitait près d'eux, dans les Yvelines et ça me semble terriblement loin...

Il faut que je me fasse une raison, le temps passe (normalement quand même!)...


Voyez par exemple cette créature représentée sur son sweat-shirt; vous connaissez? Je me suis fais raillée parce que je ne connaissais pas!

Pour finir quelques photos de la mer pour achever ceux qui comme moi, se sentent vieux et qui sont en plus coincés en ville...


Les photos ont été prises par mon Caledonian Lover adoré entre 2 photos de pissenlit (apparement ceux de la côte doivent être + interessants que ceux toulousains!).
Les 2 premières photos ont été prises à Agde et Sète, les 2 dernières à Collioure, joli petit village trés coloré que je conseille à tous ceux qui ne connaissent pas!

lundi 10 avril 2006

Vins & chocolats...

Dans le cadre d'une opération "Bienvenue à la ferme", des exploitations agricoles de Haute-Garonne ouvraient ce week-end leurs portes au grand public pour des animations diverses.

Arnaud & moi sommes allés samedi nous ballader dans la campagne toulousaine, du côté de Villemur. Nous avons été accueillis de façon trés sympathique au Château Clos Mignon pour une dégustation de vins et de chocolats.
Le vigneron du domaine et un artisan chocolatier local ont travaillés ensemble pour associer leur produits, et c'était plutôt réussit. Nous avons pu visiter le chai en même temps que d'avoir des informations sur leurs techniques de travail. Par contre, nous avons regretté l'absence du chocolatier lors de la dégustation...

La dégustation:
Tous ces vins bénéficient de l'AOC Fronton (même assemblage pour tous sauf pour la cuvée tradition : 50% de Négrette, 25% de Cabernet et 25 % de Syrah).

  1. Clos Mignon blanc sec et bouchée à la ganache aromatisée au même vin et au citron

Bizarement, j'aime en général assez les blancs secs mais je n'ai pas trop aimé celui là. Pourtant, il n'était pas plat et au contraire trés marqué...

  1. Clos Mignon rosé et bouchée à la ganache aromatisée au même vin et à la violette

Ce rosé m'a bien plu alors que je suis vraiment pas fan habituellement du rosé; je ne sais pas vraiment dire pourquoi... Bonne surprise aussi pour le chocolat; la saveur de la violette n'était pas trop présente (je me méfie car la saveur de la violette est souvent trop marquée)!

  1. Clos Mignon rouge et bouchée à la ganache aromatisée au même vin et à la framboise

Bof pour le vin, chocolat excellent par contre!

  1. Clos Mignon tradition (élévé 12 mois en fûts de chêne, dominante Cabernet) et bouchée à la ganache aromatisée au vin et à la vanille bourbon

Ce vin rouge m'a davantage plu...

  1. Soleil de Valentine (blanc doux) et bouchée à la ganache aromatisée au même vin et aux raisins

La personne qui nous a recu me sourit en me disant que c'est en général le préféré des dames car trés doux... ca m'énerve ce genre de poncifs car justement il était un peu trop doux à mon goût! Bon produit quand même. Quant au chocolat, j'ai eu du mal à retrouver l'arôme du raisin...

Finalement, cette dégustation de vin a bousculé mes préférences habituelles sur le vin; c'est le rosé que j'ai préféré!
Les chocolats étaient vraiment excellents, à tel point qu'ils m'ont rappelés ceux de Michel Belin (la comparaison est élogieuse car je trouve leurs chocolats peut-être meilleurs que ceux de chez Pillon qui reste pourtant la référence à Toulouse...). Tellement bons que j'en ai pris une boîte pour apporter à un dîner le soir même, et une autre à partager avec ma cousine, aussi chocolholic que moi, qui vient prochainement nous rendre visite...
Que les soiffards se rassurent, on a aussi rapporté un petit assortiment de bouteilles!

On a aussi testé les macarons du chocolatier... Le biscuit est trop croquant à mon goût, mais la ganache forte en chocolat et généreuse compense bien!

Chocolatier Olivier Paredes
14, rue de la République - 31340 Villemur sur Tarn

Château Clos Mignon
Villeneuve les Bouloc - 31620 Fronton

vendredi 7 avril 2006

Toulouse Gourmand en kiosque!

Un nouveau magasine toulousain est dans les kiosques depuis la mi-mars; Toulouse Gourmand .

J'en avais déjà parlé à quelques comparses de Slow Food, et j'en profite aujourd'hui pour en parler sur mon blog, surtout que cette fois-ci je ne polluerai pas inutilement Blog Actu où paraissent encore tous mes billets, suite à une erreur de flux RSS (j'ai 2 flux RSS distincts moi; général ET cuisine uniquement!). J'espère que ce problème sera réglé rapidement car j'ai mauvaise conscience à poster des billets quand il ne s'agit pas de cuisine.

Ce titre est une déclinaison régionale d'une publication existant dans d'autres villes (Lille, Lyon...).
On y trouve plein de bonnes adresses locales: épiceries fines, cavistes, boulangeries... Il y a aussi un article comparatif sur les chocolatiers toulousains.
Plein d'autres choses aussi que je vous laisse découvrir dans ce trimestriel vendu à 2,90 €.

NB : Christophe Cavaillès en parle aussi sur Via Tolosa

mercredi 5 avril 2006

Le droit, c'est comme une botte de paille...

Voilà une pub trouvée que je veux partager avec vous:

Ce n'est pas souvent que l'Etat communique en dehors de grandes causes nationales. Ici, c'est pour la promotion de supers bouquins à suspens; les Conventions Collectives éditées par la Direction des Journaux Officiels. On ne les trouve même pas sur Amazon!

Cette pub m'a interpellé, car ça commence plutôt bien avec cette botte de paille et l'accroche "Les droits c'est comme Internet... mieux vaut savoir où les trouver".
Accéder au droit n'est pas simple, c'est vrai, et l'image de l'aiguille dans la botte de paille fonctionne bien. On s'attend à découvrir un moyen de comprendre le droit facilement, du genre "le droit sans peine" et là, badaboum!
L'animation se termine de façon plutôt médiocre. Le graphisme nous replonge immédiatement dans l'univers austère du droit, avec cette affreuse tonalité bleue (je crois qu'on dit "bleu gaulois"?), des polices également affreuses sur les 2 dernièrs slides. C'est même pas net en plus!



Franchement, j'espère que cette publicité n'a pas été fait par une agence, car sinon ça craint vraiment!

Dernier point, la pub indique comme référence le site des journaux officiels, alors qu'en cliquant, on atterrit sur celui de la documentation française, précisèment à cette page...
Allez comprendre!

samedi 1 avril 2006

Aujourd'hui...

Via alyon